Balzac sort du placard !

Nous le savons, la littérature du XXe siècle en France, notamment les Surréalistes et les chantres du Nouveau Roman, – dont il ne reste à peu près rien à présent, si ce n’est quelques tentatives narratives intéressantes d’appréhender le réel autrement – avaient décidé de faire l’impasse sur le roman balzacien.

Toute personne qui se piquait de littérature se devait de rire que la « marquise sorte à 5 heures » (1) ou après le journal télévisé.

balzac faust mag realiste
chef d'oeuvre pierre michon

Un retour au récit

Il fallut attendre le début des années 80 pour voir réapparaître dans le paysage littéraire français un retour au récit. Il y eut des textes intéressants, quelques chefs d’œuvres, notamment le Vies Minuscules de Pierre Michon lequel met en fiction – dramatise, et sans cesse dé-fictionnalise, dédramatise, pour autant que cela soit possible, car nous savons après Lacan que le langage en soi est déjà une ligne de fiction, et c’est, entre autres, ce qui rend ce livre de Pierre Michon si fort.

Au fil de ses livres et de ses obsessionss

Plus près de nous, un autre auteur français, Marc Weitzmann, au fil de ses livres et de ses obsessions, notamment, celle de l’histoire de la gauche triomphante en France jusque dans les années 90 et celle de son déclin, qui n’a jamais été aussi flagrant qu’aujourd’hui dans l’agonie du Parti Socialiste, tente d’écrire sur la société française à travers des fictions faites de personnages, dont l’éthos (le style) emprunte pour beaucoup à des personnalités publiques, ou s’inspire des faits divers,  qui sous le regard fictionnel de cet écrivain – donc avec un pas de côté – s’efforce de révéler quelque chose de la réalité de la société française dont nous sommes les contemporains.

carré faust
marc faust mag

Balzacien

michel faust

L’adjectif « balzacien » a été, à tort ou à raison, le plus précisément accolé à l’œuvre de Michel Houellebecq.

En effet, qu’on apprécie ou pas cet écrivain, il faut bien avouer que celui-ci a eu le génie de capter un certain air du temps, dans l’ennui ou la misère du petit blanc occidental jeté désormais dans un monde n’ayant pour toute valeur que celles, consuméristes, de la société de consommation, en particulier dans ses premiers romans.

Pour autant, il semble, selon nous, que cet adjectif-là a qualifié le travail littéraire de ce romancier pour de mauvaises raisons que nous n’exposerons pas ici, si ce n’est l’indigence stylistique de la plupart de ses textes (pas tous) qui fait croire à d’aucuns qu’il se situe dans une narration balzacienne classique. Et c’est ne plus avoir lu Balzac depuis le lycée que d’oublier ses prouesses narratives époustouflantes.

Mais là n’est pas exactement notre propos. S’il faut rechercher des héritiers à Balzac ou rechercher une vision balzacienne, peut-être, allons-nous les trouver au-delà du miroir de la fiction, c’est-à-dire dans la réalité même, celle qui nous est la plus contemporaine. En effet, par une inversion ahurissante, il se passe comme si, en France, la fiction avait contaminé le réel.

Ainsi, il serait remarquable d’éviter une facilité qui n’en est probablement pas une, à savoir d’avoir le réflexe qu’ont la plupart des Français qui se souviennent de leurs lectures, quand ils font référence à l’actualité française.

Oui, les ambitieux de notre pays, notamment celui qui est devenu chef de l’Etat au mois de mai, font tout à coup penser irrésistiblement à un personnage balzacien qui aurait réussi, par exemple, le Lucien de Rubempré avec Madame de Bargeton des Illusions perdues, oui, Nicolas Sarkozy avait été vu, lui aussi, à sa manière, comme un parvenu balzacien, tout comme ceux qui échouent dans le paysage politique, économique ou culturel en France font subitement penser à des personnages balzaciens pour la simple et bonne raison que la France est une nation littéraire et que le génie de Balzac a été d’avoir su capter les mécanismes et les motivations de la société bourgeoise dans laquelle nous vivons encore aujourd’hui.

carrée faust
vision balzac FAUST magazine
balzac faust magazine paris

Balzac, les fuites intempestives au matin de la nuit pour échapper aux huissiers ; Balzac, le naïf, s’éreintant jusqu’à l’épuisement à écrire pour épater des duchesses ; Balzac, le dingue, le graphomane accro à la caféine, hallucinant ses personnages lors de son agonie ; Balzac, surtout, le très subtil analyste de la société bourgeoise ; Balzac ou le triomphe de “L’enfant bâtard, Balzac, accessoire de mode pour commentaires journalistiques.

1 : formule de Balzac que les intellectuels du XXe méprisaient.

Richard Darmon

 

VOUS VOULEZ EN DÉCOUVRIR PLUS?

je suis Faust

Découvrez l’Edito de Taline Kortian, ne passez pas à coté !

ombre faust mag femme