Binliang Alexander Peng ou le joaillier-faiseur de souvenirs.  

Binliang Alexander

Porter les bijoux de Binliang Alexander Peng, c’est porter une histoire, une madeleine de Proust. C’est d’abord l’enfance qu’il a passée auprès de sa mère et de sa grand-mère qui inspire le créateur. Enfant, il collectionnait des bonbons qu’il cachait sous son matelas non pas pour les dévorer ; comme beaucoup aimerait à le faire ; mais pour les contempler. Sans le soupçonner, il avait déjà l’âme d’un artiste : rendre à de simples objets du quotidien toute leur beauté en voyant au-delà de leur usage premier. Alors que son trésor fut découvert par sa mère il fut contraint et forcé de s’en séparer. C’est plus tard qu’il développera toute une série de bijoux dont les formes et les couleurs s’inspirent de bonbons et de nounours en chocolat dont il a tant été inspiré. 

Situé au 10 de la Place Vendôme, cet artiste s’inspire également de sa double culture française et chinoise pour créer. Ce liage entre l’Occident et l’Orient est la clé de voute de son imaginaire créatif. Tout est source d’inspiration selon lui car tout mérite d’être regardé d’un œil qui voit au-delà des fonctionnalités que l’on attribue à chaque objet. La vision qu’il a sur le monde en fait un artiste accompli. Après avoir fait l’école des Beaux-Arts à Lyon, il s’initie à des arts pluriels comme la peinture ou la photographie. C’est l’absence de bijoux mixtes à son goût qui l’amène à s’essayer à la joaillerie. Il entre alors à la Haute école de Joaillerie et suit en parallèle des cours à l’école Boulle. Du travail de la cire à la réalisation du moule en passant par le sertissage et la dorure, les différentes étapes de fabrication sont réalisées à la main dans ses ateliers parisiens. Ce créateur incarne la philosophie du Carpe Diem. Pour lui, chaque instant est une excuse pour offrir un bijou. 

Nous avons eu l’honneur d’essayer quelques unes de ses créations. Nous avons été conquis par l’une de ses paires de boucles d’oreilles. Cette dernière fait écho à deux grandes inspirations qui lui sont chères. La première étant son enfance que l’on retrouve dans les nounours mais aussi dans l’écrin aux tons bleu layette et rose bonbon. Quant à la seconde, c’est la période de l’Antiquité qu’il met à l’honneur dans les boucles en forme de pièces grecques.

Boucles en argent massif sablé ; donnant cet aspect mat ; elles sont serties de deux Améthystes et plaquées en or rose. 

Porter cette paire de boucles d’oreilles… c’est comme lire un peu de son journal intime, en somme…

Binliang Alexander peng
Binliang Alexander peng
Binliang Alexander peng
Binliang Alexander peng
Binliang Alexander peng
Binliang Alexander peng