Les dessous de Pénélope

« Eh ! Eh Mademoiselle, mademoiselle !!! Comme t’es bonne ! (Ça y est, je grince des dents, des ongles et des talons) Allez, fais pas ta Princesse ! »

A l’intérieur de moi, quelque chose se fige, mon sang givre dans mes veines. Alerte maxi-mâle, mon instinct ? A ce moment précis ? J’hésite encore pour la localisation qui conviendrait,  mais une droite qui lui remette les idées en place, une vraie évidemment, me travaille.

Pas une gifle de fille, non une vraie droite, digne de Tyson himself. Outre dévisser sa casquette du sommet de son crâne rasé et éclaircir son sourire de quelques dents,  sans doute aurait-elle le mérite d’inscrire à tout jamais dans sa cervelle de pigeon que l’ « on parle bien aux femmes ».

Au lieu de tout cela, je ravale mes instincts et opte pour un petit sourire poli,  continuant ma route en regrettant, que les pas de geisha auxquels me contraignent les stilettos de 13 centimètres, grâce auxquels je culmine à un mètre soixante-treize ne me permettent pas de soustraire ma paire de fesses et ma chute de reins de son champ visuel aussi rapidement que je le souhaiterais, mais bon, je ne suis pas prête à troquer ma démarche de panthère (noire) pour l’inconfort inesthétique d’une paire de basket… même en gagnant 3km/ heure dans cet échange…

sexy femme faust magazine paris penelope
devisage faust mag

J’épargne à vos chastes oreilles, les mots qui me parviennent encore tandis que je poursuis aussi dignement que possible ma petite virée des soldes – une sorte de pèlerinage semestriel, sans lequel, j’aurais l’impression de ne plus être digne d’être de m’appeler Pénélope…

« Humm, humm !… » Oui, désolée mais je manque de mots pour retranscrire plus fidèlement, ce raclement de gorge qui, vraisemblablement, a pour but d’attirer mon attention. C’est entre toux irritative et écrasement de la glotte.

Un son qu’il semble regretter d’avoir émis au moment je stoppe. Je me retourne lentement … (on dirait un ralenti de film).

Décidément, c’est ma journée ! Pile poil au moment où je venais de repérer LA petite robe noire de mes rêves (la trente-cinquième de mon dressing mais j’ai une réputation à assurer, moi ! ).

culotte pénélope chaussure faust

… Je suis confus de vous déranger (tu peux, je t’assure : je louche pour regarder si personne n’approche de MA robe, prête à bondir le cas échéant), Mademoiselle (lui aussi, il a dit « Mademoiselle » : j’en oublierais presque qu’il m’exaspère, du coup.)

Ça fait un moment que je vous observe (je me sens soudain comme un rat de laboratoire), et vous êtes tellement rayonnante (Je sais merci, et ça me coûte un max d’être rayonnante), que j’ai hésité à vous aborder.

(Il ne plaisante pas, c’est pas juste une tactique : il en bafouille le pauvre) …Je le dévisage. Il rougit. (Mon Dieu ; un vrai timide, une sorte de dinosaure des temps modernes… l’un des derniers spécimens sans doute !),… parce que je n’ai aucune chance que vous acceptiez de venir prendre un verre, un café avec moi.

(Tiens, il a le même regard que le Chat Potté dans Shreck !… Cela dit mon gars, si tu me demandes pas tu ne sauras jamais si j’accepte ou pas … et là, voyez-vous, j’aurais pas accepté parce que mon centre d’intérêt est pendu sur un cintre et le danger qu’on me le pique, imminent… mais bon, un peu de courage que diable !)

Et voilà : Après « Eminem », j’ ai droit à « Caliméro », et il fallait que ça tombe sur moi. Il a besoin d’être rassuré,  sans doute, le pauvre chéri,  mais  je ne suis pas sa mère… Pourquoi MOI bon sang ?  Et pourquoi aujourd’hui ?

Décidément, je ne comprendrais jamais les hommes

Honnêtement, je n’ai rien de particulièrement rassurant dans ma tenue de grande prédatrice des soldes : Robe noire créateur, facile à enlever (pour les essayages, bande de vicieux. Je vois déjà certains regards lubriques briller. Allez, on se calme… C’est mon côté pragmatique pour tenir sur la longueur durant la multitude d’essayages : du pratique. Rien de plus… Non mais !). Pratique d’accord, mais je n’ai pas dit moche : Robe noire créateur, (une parmi les 35), sandales gladiateur, signées du célèbre créateur des robes à bandelettes qui font un corps de rêve, ma longue crinière blonde fraîchement brushée, lunettes noires couture … et, ces purées de sept kilos en trop qui sont vissés sur mes hanches et mes cuisses (indélogeables ? On en reparlera…).

Décidément, je ne comprendrais jamais les hommes (Bien qu’aujourd’hui, je trouve qu’ils ont plutôt bon goût à moins qu’ils n’aient tous oublié leurs lunettes de vue à la maison).

A quelques détails près, on se doutait déjà depuis pas mal de temps, qu’on n’était pas fichu pareil (Comment ça vous ne le saviez pas !!!???)… Bien au-delà des particularités physiques évidentes, même dans la tête, c’est pas fichu pareil… ça vous dirait de savoir pourquoi ?

La culotte de Pénélope, c’est une fresque de toutes ces incompréhensions, les moments où ça foire, où ça matche, où ça hérisse, où ça nous rend dingues, où on a envie de les étriper, où on virerait BDSM (pour de faux : Heureusement que papa et maman nous ont appris que c’est pas bien de faire du mal… ) Ces moments où on les déteste et parfois, aussi, avouons-le, où on les aime.

sexy faust peneloppe article 2 femme

Ces moments où on les déteste et parfois, aussi, avouons-le, où on les aime.

Déjouer les pièges que vous ne soupçonnez pas…

Pour tout ça, nous irons faire un tour sur les sites de rencontres afin de démystifier les supercheries masculines pour qu’on leur ouvre notre coeur et … notre lit.

Nous verrons comment nous construire des profils attractifs car aujourd’hui, nous sommes nombreuses à confier notre devenir sentimental à ces sites, car, même pour celles qui ont arrêté de se bercer d’illusions et qui ont cessé de fredonner « Un jour mon Prince viendra » en boucle dans leur tête, s’inscrire sur un site de rencontres peut sembler synonyme à  se donner en pâture aux loups.

Survivre dans cette jungle relève trop souvent d’un parcours digne de Lara Croft . Je tenterais donc de vous aider à y voir plus clair et   de déjouer des pièges que vous ne soupçonnez pas.

sexy faust peneloppe rencontre site femme

Nous parlerons aussi de ce qui fait vibrer nos chers et tendres, de ce qu’ils aiment chez nous … et sous la couette. Nous déboulonnerons quelques croyances à leur sujet. Nous  parlerons de leurs fantasmes, du kamasutra (pour faire du sport en faisant des galipettes), des 1001 façons de les rendre accros, des sexto, des sex-toys, de la meilleure façon de communiquer, pour qu’ enfin on arrête de se  poser des questions inutiles, histoire de ne plus nous pourrir la vie (pour rien).

On se retrouve très bientôt avec tout cela et bien plus encore…

Ah, au fait, la petite robe noire, je la porte au moment où j’écris cet édito.

Pénélope Déoune

 

 

VOUS VOULEZ EN DÉCOUVRIR PLUS?

Je suis Faust