Culture

« Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère.»

(Charles Baudelaire, maître à penser du dandysme)

On nous martèle ici de « must have » que l’on ne s’offrira jamais ; d’autres nous font sentir là que « tu consommes, donc t’es conne », alors on passe notre chemin regrettant qu’aucun média féminin, papier ou numérique, ne nous aide à trouver notre place ou notre essence de femme, d’individu, ou d’être sensible au monde.

Images, concepts marketing ou éditos, ici ou là, font en sorte que les « élus » rayonnent, que les « non-élus » abandonnent. Les personnalités dites influentes s’auto-congratulent et nous retournons vaquer à nos occupations. C’est comme si une « main invisible » refaisait l’unité de mesure, qu’elle décidait arbitrairement du « petit » ou du « grand » créateur. Et ce microcosme, ce tout petit monde en proie à cette main, s’impose tyranniquement comme un macrocosme, le seul et grand monde.

Faust le pleurait et le déplorait avant nous. Rions-en et repensons le phénomène avec lui

BAUDELAIRE faust mag paris
ombre faust mag femme

Patronne lectrice, si toi aussi tu ignores ce qu’est une coupe menstruelle car tes règles sont le cadet de tes soucis, ou que tu n’as pas envie de te flageller car tu n’as pas de sac signé à plus de quatre chiffres à 3O ans, si toi non plus tu ne te sens pas futile sous prétexte que tu es coquette ou coquine ou encore que tu ne comprends pas comment ou pourquoi la féminité s’est évaporée du discours féminin quand il se revendique intelligent, et que tu cherches un peu de Beau et de Vrai, alors donne-nous la main et viens par ici…

Puisqu’en ce moment Dieu est grand, il doit bien y avoir des « must see », « must know », « must feel », « must think ». Et si on inversait la vapeur ? Si on quittait notre banc de touche ? Si on sortait de l’ombre ?

Lever de Rideaux. Acte I, scène 1. Exposition, explosion d’un sublime qu’ils ont cru grotesque.

On prendra les créateurs, les créations, les créatures par la main, on leur donnera l’Eau et la Lumière dont ils ont besoin pour qu’ils nous rendent l’oxygène et le souffle dont on a besoin.
Il faut être fou, c’est vrai. Comme Faust. Mais tu en as envie «insensé(e) qui crois que je ne suis pas toi » (1), « hypocrite lectrice, ma semblable, ma sœur ».

1 : Victor Hugo, Les contemplations .

Taline Kortian

victor hugo faust mag

DÉCOUVREZ NOS ARTICLES

Cet homme très discret a tout fait pour que le nom de son père ne soit ni un booster ni un frein pour sa carrière.Car exister dans le sillage d’Inspecteur Harry…

culture kyle faust

Femmes, enfants, vieillards, familles entières, quartiers entiers arbitrairement accusés de haute trahison disparaîtront dans la précipitation…

culture japon faust magazine

Nina n’est pas une artiste cool. Oui, Nina a écopé de 8 mois de prison avec sursis pour avoir tiré sur un jeune de 15 ans qui faisait trop de bruit près de chez elle…

nina dark faust mag paris

On y a tous croisé un talent bouleversant, un regard complice. On a partagé une bière avec une personnalité que l’on admire parce que ceux qui tiennent cette péniche font tomber le quatrième mur…

peniche culture faust

S’il faut rechercher des héritiers à Balzac ou rechercher une vision balzacienne, peut-être, allons-nous les trouver au-delà du miroir de la fiction …

balzac faust mag 2017 article

VOUS VOULEZ EN DÉCOUVRIR PLUS?

je suis Faust !